MEDIATHEQUE
LUCIEN HERR

Ville de Saint Jacques de la Lande

Plumes Rebelles - du 23 janvier au 3 février 2007

 

« Plus que jamais motivé par la défense de la liberté d’expression, Plumes Rebelles, le salon du livre humaniste et citoyen d’Amnesty International, s’attachera à provoquer lors de sa septième édition des débats et des rencontres singulières.

Durant une semaine, une trentaine d’invités iront à la rencontre du public dans différents lieux, en faisant la part belle à l’écriture dans tous ses états, à travers des tables rondes, des lectures, des cafés littéraires, des projections, etc.

Romanciers, poètes, journalistes, réalisateurs, dramaturges..., tous sont engagés en faveur de la démocratie et du respect des droits humains. Cette année encore, tous revendiquent le droit de dénoncer et de s’interroger. Dénoncer les atteintes aux libertés au nom de la lutte contre le terrorisme, la paix virtuelle où se débat la Colombie, le sort fait au peuple palestinien, le déni de la dignité humaine dans les prisons françaises ou la situation des droits humains en Turquie. S’interroger sur les rapports entre identité et intégration ou sur l’engagement humanitaire…

 

En 2005, la journaliste russe Anna Politkovskaïa, qui luttait pour la démocratie dans son pays, était venue témoigner à Plumes Rebelles. Elle a été assassinée à Moscou le 7 octobre 2006. Dans son dernier livre, elle écrivait : « Nous sommes tous des rêveurs. Comme on dit, l’espoir meurt en dernier. » Pour que sa généreuse colère continue de vivre, nous lui dédions cette septième édition et gardons l’espoir d’un monde meilleur gouverné par l’humanisme, la tolérance et la liberté ».

 

Edito du salon, par l’équipe bénévole de Plumes Rebelles http://www.plumesrebelles.org

 

Littérature, photographie, musique et cinéma sont des modes de création mais aussi d’expression et d’engagement. Dans ce sens, la médiathèque est heureuse de s’associer au salon Plumes Rebelles en proposant durant deux semaines des expositions, documentaires et rencontre sur le thème des "Femmes de Turquie".

 


Expositions - du 23 janvier au samedi 3 février.

Celles qui défient l’honneur au nom du Namus*.

 

Un documentaire photographique de Caroline Poiron (agence Image and Co), sur les crimes dits « d’honneur » et la violence envers les femmes en Turquie.

Caroline Poiron est photographe professionnelle. Elle travaille à partir de commandes de la presse ou d’institutions. Photographier est pour elle un « un dévoilement de l’intime, le sien, celui des autres, dans un dialogue constant ».

*Namus  est un mot d’origine arabe. En Turc, il désigne l’obéissance aux valeurs éthiques de la communauté, au nom de l’honneur, de l’honnêteté, de la droiture et de la chasteté.


[source :http://www.imagesandco.com]

 

« Le fait d’être en possession du namus permet d’être considéré comme un individu à part entière dans la société. Le fait d’être un individu n’est pas directement relié à des idées, intentions, ou comportements de l’individu, mais surtout aux jugements des autres membres de la communauté. Donc, le namus est un état d’existence où l’individu contrôle ses passions devant les autres qui le surveillent continuellement.

M. Meeker observe deux principales caractéristiques du namus en Turquie. La première concerne le respect dû aux autres. Les comportements de respect impliquent une censure de l’individu sur lui-même, comme le fait de s’asseaoir où et quand il le faut ou encore de rester silencieux. La seconde caractéristique est la modestie sexuelle. Cette modestie sous-entend une limitation des comportements et de l’apparence séduisante, comme par exemple ne pas dévoiler son corps, ne pas se maquiller ou s’habiller dans un style simple. La première caractéristique du namus concerne tous les individus de la société en fonction de la hiérarchie sociale. En revanche, la seconde caractéristique n’existe qu’en référence aux femmes de la société. La femme devient ainsi une représentation de l’honneur de la société ».

 

[source : Feysa Ak, in : Turquie, les mille visages, politique, religion, femmes, immigration. Syllepse, 2000].

 

La Femme turque au fil de l’histoire


Exposition conçue par Elele, migrations et cultures de Turquie. Cette association, créée il y a vingt ans, et basée à Paris, mène depuis 1984 des actions favorisant l'intégration des personnes originaires de Turquie. C’est un observatoire et un centre de ressources et de recherches permanents sur l’immigration turque en France. En complémentarité avec ses actions d'intégration en direction des publics turcophones, Elele propose des journées de sensibilisation et/ou de formation.

Cette exposition a été réalisée dans un souci pédagogique. Elle est destinée tant aux adultes qu'aux jeunes du 2ème cycle secondaire. Elle est composée de 22 panneaux en trois séries de panneaux de couleurs différentes correspondant à trois grandes périodes distinctes et retrace, dans ses grandes lignes l'histoire de la femme turque des origines à nos jours : la place qui a été donnée à la femme turque dans la société et celle qu'elle s'est faite, par la force de ses revendications et grâce aux lois républicaines.

A l'heure où l'on constate, non sans inquiétude que certaines valeurs qui semblaient acquises concernant l'émancipation de la femme turque sont remises en cause, il est important de rappeler les différentes étapes de cette histoire, afin d'apporter une correction aux lieux communs dont elle est trop souvent l'objet. 

[source : http://www.elele.info/ ]

 


Café-rencontre Droits humains et littérature.

Samedi 3 février à 16h - hall.

Autour d'un café turc ou d'un thé, Anne, du groupe « Turquie » d'Amnesty international de Rennes, évoquera globalement la question des droits de l'homme, puis, plus spécifiquement, en s'appuyant sur les photographies de Caroline Poiron et les films documentaires au programme, la condition des femmes en Turquie.

 

 

 

L'équipe de la médiathèque fera, par ailleurs, une présentation de quelques femmes turques écrivains : Miné Kirikkanat, Emine Sevgi Ozdamar et Asli Erdogan, dans le cadre d'un choix de lectures plus global de la littérature turque contemporaine, riche de plusieurs très grands noms : Nâzim Hikmet, Yachar Kemal, Orhan Pamuk, et Nedim Gürsel. Ce dernier sera présent sur le salon, à la halle Martenot, le dimanche à 13h30.

 

 

>> Télécharger la bibliographie Femmes turques écrivains.


Projections de films documentaires

Salle audiovisuelle, 2e étage. Entrée libre.

 

Femmes turques et laïques.

Réalisation J.L. Cros et S. Le Merdy (55 mn).

Réflexion sur les enjeux de la laïcité, inscrite dans la Constitution en Turquie comme en France, ce documentaire dresse le portrait de quatre femmes turques : Gülsün Bilgehan, députée du parlement turc, qui défend ardemment la laïcité comme un outil d'émancipation féminine ; Melek, étudiante voilée d'Istanbul, mais aussi deux jeunes femmes d'origine turque vivant en France.

 

Leyla Zana, le cri au-delà de la voix étouffée.

Réalisation Kudret Günes. VO kurde s.t.f. (52 mn).

Leyla Zana, première femme députée kurde au Parlement de Turquie, a été condamnée à 15 ans de prison pour avoir fini son discours d'investiture au Parlement en langue kurde.

 

La réalisatrice retrace son parcours en interrogeant des proches, des collaborateurs, des intellectuels kurdes et des militants des droits de l'homme en Europe et en Turquie.

Durant ces deux semaines, la médiathèque met à disposition un choix de littérature, d'ouvrages documentaires, de brochures et documentation, ainsi que des CD de musique.


© 2017 - Ville de St Jacques de la Lande