MEDIATHEQUE
LUCIEN HERR

Ville de Saint Jacques de la Lande

espace des adultes | Scène Libre à Anne Mulpas - Juin 2008

Scène Libre
Anne Mulpas

Prix ados sonore

La sélection Prix ados
disponible en audio

En savoir plus

Rencontre avec un auteur : Anne Mulpas

La rencontre avec les jeunes de St-Jacques, et d'ailleurs, se fera dans un théâtre, avec des animations comme une petite scène slam. Trouvez-vous intéressante cette mise en relation différente d'un écrivain avec ses jeunes lecteurs?

 Je trouve cela plus qu’intéressant, je trouve cela primordial. Plus encore que la rencontre avec l’écrivain, c’est la rencontre avec la langue, avec l’écrit qui sont en « jeu » sur scène.

Je me rends compte, au fil des salons, des ateliers d’écriture, que la littérature est encore souvent jugée inaccessible. Faire passer l’idée qu’il est possible d’être libre avec les mots me tient à cœur. Il y a encore trop d’enjeux de pouvoirs dans la relation à l’art et donc trop d’exclusion.

L’acte d’écrire est lié à celui de lire. La langue est comme la vie, un laboratoire où l’on s’expérimente. Alors sur scène, dans la rue, sur internet, dans un livre… tout lieu peut créer un espace vide où la rencontre devient possible.


Le but de l'organisation en soirée est aussi la présence des parents. Trouvez-vous important que les parents aient un encouragement à la lecture, à cet âge difficile de l'adolescence ?

 Je suis allée vers les livres parce qu’on m’en a donné l’envie. La solitude est nécessaire mais on ne peut pas se construire seul. Prendre de l’âge, quitter l’enfance, c’est avancer sur des sentiers inconnus. Il est toujours bon de savoir que quelqu’un vous a précédé.

C’est difficile de vivre à n’importe quel âge. À l’adolescence, la peur est là. De faire des choix, d’oser dire qui l’on est tout en étant avec les autres. On abandonne, on perd des fragments de soi sans savoir ce qui les remplacera. Cette étape de la vie peut s’accompagner par la présence silencieuse et respectueuse des adultes, par la possibilité de créer des espaces de dialogue et par le fait de nourrir l’esprit tout autant que le ventre. Lire, c’est mettre les mots des autres sur notre propre indicible.

 

La soirée veut mettre en valeur les efforts faits pour rendre accessible le prix ados. Votre livre a été transcrit en sonore et des jeunes nonvoyants, mais aussi dyslexiques, l'ont lu grâce à cela. Que pensez-vous de cette ouverture ?

Vous sentez-vous un peu trahie, ou "interprétée" par la voix du comédien ?

La comédienne « interprète » forcément, c’est son métier. Ce qu’elle propose, c’est une lecture possible. Je ne me sens pas trahie, mais émue. Émue que l’on puisse faire vivre mon travail, le partager et le transmettre.

Mon histoire, en quelque sorte, ne m’appartient déjà plus. Celui qui lit fait sien le poème, le roman, la pièce de théâtre qui entre en lui. Ce qui fait œuvre, c’est ce qui est en train de s’écrire, ce qui me pousse vers le prochain texte. C’est cela qui m’appartient profondément.

Je ne conçois pas de texte sans la possible confrontation au monde et le partage avec d’autres.

 

>> Prix ados sonore: en savoir +

 

Scène Libre à Anne Mulpas >> Programme


© 2017 - Ville de St Jacques de la Lande